Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

01/06/2010

Montrer l'invisible

Les mains sont liées comme celles d'amis proches et plus vraisemblablement d'amoureux. Il ne s'agit pas d'un bonjour, même pas d'une poignée de main amicale, affectueuse ou virile. Il s'agit d'un enlacement. Les doigts se superposent, se touchent, s'étreignent et se parlent. Leur union incarne la tragédie de la dernière fois. Les mains savent que plus jamais elles ne se lieront. La dernière étreinte. Le dernier baiser.

caravage_baiser_judas - Copie.jpg

Le regard ne peut qu'être attiré par ces mains qui disent la vérité de la relation, content l'histoire et ne se mentent pas. Nous sommes au-delà de la connivence dans une relation qui échappe à l'histoire des autres. Et puis le regard s'élargit.
arrestationduchrist.jpg

Le Caravage - L'arrestation du Christ - 1602

Les mains appartiennent au même homme, Jésus, que Judas désigne d'un baiser aux romains qui l'emporteront. La force et la fureur de la scène contrastent avec la passivité de Jésus. Mais l'examen du visage de Judas suscite le doute. Son geste est sûr mais délivré comme à regret. Et sa main étreint chaleureusement Jésus. Les mains, comme dans tous les tableaux du Caravage, parlent. Ce ne sont pas les mains de Jésus qui sont liées, mais celles de Jésus et Judas. Ces mains au premier plan marquent l'accord des deux hommes. Jésus doit être livré, Judas doit accomplir ce geste qui le condamne pour l'éternité mais qui permet à l'avènement de s'accomplir. Les mains parlent et le Caravage ne peut imaginer que l'acte de Judas ne soit qu'une simple délation. La vérité ne peut être dite crûment, n'oublions pas que Le Caravage  eût des démêlées avec l'Eglise, mais la pièce de théâtre qui se joue sous nos yeux en masque une autre, que seuls les acteurs connaissent. Les acteurs et Le Caravage dont les oeuvres sont rassemblées à Rome dans une exposition magistrale qui permet de constater ce que peut être parfois la peinture : un moyen de voir ce que l'on ne peut voir.

31/05/2010

MAXXI !

Pour la 501ème chronique depuis l'ouverture de ce blog en février 2008, un petit détour par Rome où le Musée d'Art du XXIème siècle (MAXXI) ouvrait ses portes dimanche 30 mai après plusieurs années de travaux. Le bâtiment, conçu par Zaha Hadid, est magnifique. On circule à l'intérieur de grandes courbes épurées qui nous convient à la découverte d'oeuvres plus surprenantes les unes que les autres.

maxxi_rome.jpg
Maxxi - Rome

Mais il n'y a pas que l'architecture qui soit réjouissante. Alors que l'art contemporain est souvent grave, sinistre, lourdement symbolique, dépressif et pompeusement politique, ici les oeuvres font la part à l'humour, à la nature, à l'engagement, au volontarisme et la mise à distance amusée prend souvent la place du trop facile regard cynique sur le monde. Il est particulièrement réjouissant de voir le film "Democrazy" de Vizzoli, dans lequel BHL devient un trop crédible candidat à la présidence des Etats-Unis (cherchez sur Dailymotion ou You tube, Sharon stone est dans le coup aussi pour démontrer, si besoin était, qu'en politique la communication peut tout). L'invité d'honneur pour l'ouverture est Gino De Dominicis dont l'oeuvre protéiforme associe l'humour, le mystère, la dérision et la beauté.

milanskel2.jpg
De Dominicis - Squelette
GIno de Dominicis.jpg
Gino De Dominicis - Sans titre ou Avec titre

Rome est une ville extraordinaire où l'on peut entrer dans une église et découvrir une sculpture de Michel-Ange, dans une autre des toiles du Caravage et dans une autre encore l'extraordinaire extase de Sainte-Thérèse du Bernin. Tout cela au milieu des ruines de la Rome antique, de dizaines de statues grecques et dorénavant d'un doux écrin pour l'art contemporain que l'on aimerait plus souvent aussi inventif. Il n'est pas si fréquent de trouver du travail sérieux qui ne se prend pas au sérieux, de la critique qui sait emprunter le chemin du rire sans perdre de sa force, du mélange des genres qui fertilise la création à venir et au final vous donne l'envie. Evitez de faire un stage de management en DIF pour vos managers, envoyez les passer un week-end à Rome (et les autres aussi d'ailleurs).

24/05/2010

Toulouse enlève l'Europe

Le 26 août 2009, j'annonçai sur ce blog que le Stade Toulousain avait fait le choix de disputer la saison 2010 avec six capitaines plutôt qu'un seul. Ce capitanat collectif devait permettre à l'équipe de jouer dans des configurations différentes tout au long de l'année, de répartir les responsabilités et de tenir compte qu'un même joueur ne pouvait être au maximum de la performance tout au long de la saison (http://willemsconsultants.hautetfort.com/archive/2009/08/...). La dite saison vient de se terminer par une victoire en finale de la Coupe d'Europe. Pour en arriver là, l'effort collectif a été immense : aucun joueur n'a échappé en cours de saison au trou noir de la baisse de forme, du manque de dynamisme et de la remise en question, mais tous également ont su être, chacun leur tour, au maximum de leur performance. Quel manager envisage avec ses collaborateurs que la performance n'est pas linéaire et que chacun aura des moments faibles qu'il faudra amortir et pendant lesquels le besoin de confiance sera fort et les moments de confiance pendant lesquels le doute sera faible et qu'il faudra canaliser ? le modèle sportif n'est certes pas universel, mais l'existence de cycles et de rythmes l'est.

4-matisseEUROPE.jpg
Henri Matisse - L'enlèvement d'Europe - 1929

Pour en revenir à l'enlèvement d'Europe, il n'est pas anormal que Zeus ait pris la forme d'un taureau blanc pour enlever Europe, fille du roi de Phénicie, ni que ce soit la capitale du Sud et de sa culture taurine ("Est-ce l'Espagne en toi qui pousse un peu sa corne ?" Nougaro) qui ait été pionnière dans la création d'une Coupe d'Europe de rugby et qui l'ait emporté le plus souvent. Le Sud, le taureau, l'amour, l'aventure collective et le soleil : c'est l'été !

11/05/2010

Dématérialiser

La dématérialisation est un objectif pour les organisations, administration comprise. Mais elle se résume, ou se réduit, souvent à un "zéro papier" qui ne fait que modifier les supports sans changer véritablement les processus et surtout le rapport que l'on a avec eux. Si l'on veut faire le test d'une expérience radicale de dématérialisation, il faut se rendre au Musée Guggenheim de New-York.

DSC00790.JPG
Musée Guggenheim - New-York

Toni Seghal présente une exposition dématérialisée : le musée a été vidé de tous ses objets, les murs sont vides. Les visiteurs peuvent habiter l'espace et laisser courir regard et imaginaire. Et pour ceux qui sont disponibles, ils verront un couple à terre qui s'embrasse. Passionnément. Les couples changent toutes les trois heures. C'est la première oeuvre, ici photographiée malgré l'interdiction de l'artiste de reproduire ses oeuvres.
TinoSeghal.jpg
Tino Seghal - Kiss - Photo Holland Cotter

Mais il est des visiteurs qui ne font pas le lien avec une oeuvre ou ne voient pas. Ils ne voient peut être pas non plus la petite fille qui demande aux plus attentifs de l'accompagner. Qui accepte de se laisser guider s'entend demander : "Et toi, quelle est ta définition du progrès ?". Et la conversation s'engage. La petite fille cède ensuite la place à un adolescent qui poursuit la conversation sur le même sujet, puis un jeune homme, puis un vieux monsieur. Tous échangent avec les visiteurs. Quelle est la part de conversation, la part de script ? impossible de répondre à cette question, mais ceux qui ont vécu l'expérience ont à la fois eu l'impression d'une introspection, d'une conversation philosophique et d'un échange avec des amis très proches. Cette seconde oeuvre s'intitule "Qu'est-ce que le progrès ?". Je n'ai pas vécu l'exposition de Tino Sehgal mais elle m'a rappelé que, dans les jardins de la Fondation Giannada à Martigny, une dame inconnue m'a abordé pour me déclarer : "Monsieur, et Madame, je ne vous connais pas mais le baiser que vous venez d'échanger m'a plus émue que le baiser de Rodin exposé à l'entrée".
DSC00268.JPG
Affiche de l'exposition Rodin Erotique - Fondation Giannada

Dématérialiser, pour Tino Sehgal, c'est redonner la place à la vie et à l'expérience directe qui transforme, plutôt que de prendre le risque d'étouffer un peu plus les individus sous les objets qui nous envahissent. La dénonciation de la société de consommation, depuis les années soixante, n'aura produit que peu d'effet et il n'est pas certain qu'il faille attendre plus de la publicité faite autour du développement durable qui deviendra bientôt, comme le bio, un nouvel label pour de nouveaux objets. Le mérite de Tino Sehgal est le retour au corps, à l'expérience globale et au final à la vie. Ainsi conçue, la dématérialisation intéresse-t-elle toujours les organisations ?

05/05/2010

Il n'y a pas de catastrophe naturelle

Les inondations, les cyclones, le volcan islandais, la neige au mois de mai, les vagues de 6 mètres en méditerranée, les tremblements de terre en Haïti et au Chili, les medias relaient inlassablement ce qu'il est d'usage de nommer, sans plus se poser de question, des catastrophes naturelles. L'appellation est doublement impropre. Tout d'abord parce que tout évènement n'est une catastrophe qu'en ce qu'il touche l'homme. La chute d'une météorite dans l'atlantique ou dans le désert de Gobi et la même sur New-York n'auront pas le même sens. Du point de vue de la nature, le phénomène est pourtant identique. Ensuite parce que l'expression persiste à dissocier la nature de l'homme, renvoyant l'image des humains qui se battent contre la nature, puis la dominent, et finalement l'asservissent, comme s'ils prenaient une éternelle revanche sur le déluge.

Matta-La terre est un homme.jpg
Roberto Matta - La terre est un homme

Que l'on cesse de penser les évènements naturels comme des catastrophes, que l'homme ne se place plus au dessus de la nature mais à l'intérieur de celle-ci à l'instar d'un caillou, d'une plante, du vent ou des nuages, et l'on peut parier que le nombre de "catastrophes" s'en trouvera réduit. Rappellons que Freud, qui subit les peu subtiles foudres d'Onfray ces temps-ci, mais le "vieux" en a vu d'autres, Freud donc identifiait les trois humiliations narcissiques subies par l'homme : il n'est pas le centre du monde (Copernic), il n'est pas le centre de la création (Darwin) et il ne maîtrise pas sa propre conscience (Freud lui-même). Et plutôt que de nous désespérer, cette triple nouvelle nous apporte en réalité une plus grande liberté en nous allégeant considérablement du poids de l'histoire universelle. Mais que la liberté passe par une diminution de l'ego, cela devrait être évident pour tous. Bien sur en voyageant dans quelques organisations, cette évidence ne saute pas aux yeux, et encore moins lorsque l'on écoute Claude Allègre. En fait, il y a des catastrophes humaines.

29/04/2010

Abstinence et luxuriance

Lorsque Moïse monte sur le mont Sinaï, il laisse son frère Aaron et son peuple l'attendre en silence. Mais l'attente dure 40 jours. Pour ce peuple qui vient d'Egypte et qui se définit par le faire, par l'action, par la production, 40 jours de silence c'est trop long. Et l'on décide de faire la fête et de construire le veau d'or. Lorsque Moïse redescend du Sinaï, et découvre la bacchanale, il brise les tables de loi mais ne prononce pas une parole. Pourquoi ce silence ? Marguerite Duras disait : "Parce que lorsque l'on a vu Dieu, soit on se tait soit on hurle, mais on ne peut plus parler". Ce silence aura plus de poids que des imprécations. Il est des occasions dans lesquelles s'abstenir c'est faire.

Moïsedevantlebuissonardent.jpg
Chagall - Moïse devant le buisson ardent

En 2009, ont été votées plus de loi que jamais auparavant dans la 5ème République. Lois de circonstances, lois de faits divers, lois de réformes profondes, lois techniques, lois politiques, toutes figurent dans le lot. Les présidents de l'Assemblée nationale et du Sénat ont fait le constat que cette inflation nuisait à la qualité des textes et on mis en place, début avril, un groupe de travail qui doit faire des propositions pour améliorer la qualité de la loi.
Ce constat de perte de qualité est d'autant plus vrai que la loi est spéciale : dès lors que la loi s'intéresse à des cas particuliers, elle perd de son sens. Sa nature est d'être générale et l'effort du législateur doit porter sur la capacité de la loi à embrasser toutes les situations. En ce sens, une loi sur la TVA dans la restauration, une loi sur la burqa, une loi sur le drapeau français, etc. sont nécessairement insuffisantes : il revient à la loi de poser les principes généraux des activités qui relèvent de la TVA ou non, de la question de la liberté ou pas de se vêtir (aller nu dans la rue est un délit rappelons-le : voilà le législateur amené à se prononcer sur l'endroit où doit être placé le curseur entre s'habiller et se déshabiller), etc. Et parfois, il faut considérer que s'abstenir ce n'est pas rien faire, c'est reconnaître qu'il n'appartient pas nécessairement au législateur d'intervenir dans tous les détails de la vie. En matière juridique, l'abstinence peut avoir des vertus. Elle est moins recommandée en d'autres domaines, la peinture par exemple ou la luxuriance a ses charmes.
DouanierRousseau-Le rêve.jpg
Le Douanier Rousseau - Rêve

 

20/04/2010

Le mort ne risque rien

La mer risque de revenir ? on rase. Les poussières des entrailles de la terre furètent dans l'air ? on ferme. Et si la grippe H1N1 se répandait ? et si elle mutait ? vite, 1 vaccin par personne et obligation pour toutes les entreprises de France et de Navarre de mettre en place un plan de continuation d'activité, juste avant qu'elles ne se mettent en chômage partiel, sauf les laboratoires pharmaceutiques cela va de soi. Le principe de précaution a lui déjà muté en principe de risque zéro absolu. Comme on le sait, le seul moment où l'homme ne court plus aucun risque, c'est lorsqu'il est mort. A défaut, et par nature, il s'expose.

31-03-2010-53668-1.jpg
Le souffle-énergie : le Qi

A propos d'exposition, vous avez jusqu'au 5 juillet pour prendre le temps de visiter les Galeries nationales du Grand-Palais qui présentent : "La voie du Tao, un autre chemin de l'être". On y apprend que la vie est énergie, que l'énergie est souffle, que lorsque ce souffle est lourd et dur il vient de la terre et des hommes, c'est à dire de ce qui disparaîtra, et que lorsqu'il est léger et subtil, il vient de l'air et du ciel. Ce qui subsistera. Vous pourrez aussi y découvrir que "Le renom suprême est le renom auquel on a pas travaillé. Le renom auquel on a travaillé vient après". Inaudible pour un homme, ou une femme, politique du début du XXIème siècle. Dépêchez vous avant qu'il ne s'en trouve pour estimer qu'il faut interrompre cette exposition car  fréquenter de telles pensées, ce n'est pas prudent. Preuve que c'est vivant.

19/04/2010

Justice, Vérité, Liberté

Enchâssées dans la façade de l'Abbaye de Westminster, les deux statues ne peuvent échapper au regard. Côte à côte, la Vérité et la Justice. La première a la chevelure flamboyante, le regard droit, le geste souple mais ferme. Elle est LA Vérité.  La seconde est plus humble, regard baissé plutôt que justice aveugle, gestes davantage retenus, cheveux tombant plutôt que s'affichant en défi. La justice connaît ses limites. Elle sait qu'il existe une vérité judiciaire mais qu'elle n'est pas la vérité. La vérité judiciaire est contingente, elle voudrait parfois paraître telle sa belle voisine, mais elle doit s'en tenir à rapprocher les faits du droit et à qualifier au regard des lois qu'on lui fournit. Bien sur la tentation est parfois trop forte et l'oeuvre prétorienne trop nécessaire pour qu'il soit possible de lui résister. Mais tout ceci n'est qu'exception et le juge ne peut se départir, au quotidien, de son rôle de serviteur de la loi.

DSC06080.JPG
Abbaye de Westminster - Truth and Justice

Mais la loi elle-même ne peut prétendre à LA Vérité et il arrive que le juge soit amené à la contester. Je n'imaginai pas prendre un risque particulier en photographiant l'Abbaye de Westminster. Le Terrorisme Act, article 44, permet pourtant à un policeman de considérer tout photographe comme un terroriste potentiel en mission de reconnaissance hostile. Des affiches invitent même les passants à dénoncer toute personne photographiant de manière suspecte. La Cour Européenne des Droits de l'Homme (CEDH, 12 janvier 2010, Gillan et Quinton c/Royaume-Uni) a condamné la pratique du Stop and Search, surnom de la procédure d'interpellation de l'article 44. Le journaliste de la BBC Jeff Overs a pourtant été interpellé récemment alors qu'il photographiait la Cathédrale Saint-Paul.
Voilà comment la lutte contre le terrorisme justifie 4 200 000 caméras qui en Grande-Bretagne suivent vos déplacements ainsi que des lois liberticides. Au pays de l'Habeas Corpus, le plus grave est sans doute que cela ne soulève que peu de protestations et encore moins de révolte. Lorsque la capacité de révolte disparaît, lorsque la peur fait perdre de vue la liberté, alors comme disait Primo Levi, le premier pas est fait sur la longue route qui conduit au Läger.

06/04/2010

Au dessous du volcan

Dans le chef d’œuvre de Malcolm Lowry, « Au dessous du volcan », la vie grouille en un magma qui n’a rien à envier à celui qui, sous la terre, prépare l’éruption. Le feu, la fureur, la folie aussi se mêlent  en un triptyque infernal qui ne laisse à l’homme aucun échappatoire. La tragédie est constamment présente, comme le rappelle la masse du volcan qui écrase les hommes de son inexorable présence. A Pompéi, rien de tout  cela. Les courbes vertes du Vésuve témoignent d’une vie qui a supplanté les coulées meurtrières, les douces lumières de la Campanie, que renforce l’éclat bleu  du Golfe de Naples, déposent quiétude et sérénité sur la ville pétrifiée.

DSC05852.JPG

La vie dans les étroites ruelles bordées de hauts murs de pierre revêtait-elle vraiment cette douceur ? Difficile à dire sauf à céder à la vérité  des sensations qui renvoient à une atmosphère paisible, rythmée par l’agitation des commerces et des  bars dont les comptoirs accueillent les jarres de condiments et nourritures proposés aux passants.

DSC05833.JPG

La légèreté du lieu n’est pas démentie par les fresques qui le disputent en raffinement, élégance ou beauté et dont toutes témoignent du degré auquel avait été porté le goût artistique.

DSC05843.JPG

Derrière les colonnes du forum, la silhouette du Vésuve n’est pas menaçante. Elle paraît presque protectrice. Au-dessous du volcan, il peut faire bon vivre. Ce sont les hommes qui font les lieux où ils habitent.

DSC05853.JPG

Heureusement que l’éruption a eu lieu en 79 et en Italie. De nos jours et en France, suite à l’éruption on rasait les villages environnants et Naples avec, au nom du principe de précaution. Inconscience avant, inconscience après, irresponsabilité toujours.

23/02/2010

Mosquée Cathédrale

La grande mosquée Sainte-Sophie d'Istanbul est une ancienne basilique chrétienne de Constantinople du VIème siècle. A Cordoue, l'histoire est exactement inverse. La grande mosquée construite avant l'an mil est devenu après la Reconquista une cathédrale catholique. Dans les deux cas, s'il y eut des déconstructions et reconstructions, pas de volonté acharnée de faire disparaître le passé pour le nier. Au contraire, un art qui s'installe au coeur d'une architecture qui n'est pas la sienne et qu'il va transcender par la volonté de triompher en faisant plus beau et non en détruisant.

DSC04391.JPG
Lutte des raffinements, des tailleurs, des sculpteurs et des peintres vaut mieux que fracas des armes et cris de vies qui se perdent. Ce qui nous vaut d'admirer aujourd'hui les traces d'un passé indissolublement lié et d'histoires communes qui après avoir été juxtaposés se trouvent sous notre regard intégrées.
DSC04430.JPG

Est-ce cette atmopshère particulière qui généra cet étonnant tableau, au fronton d'une chapelle, où Jésus et Marie-Madeleine connaissent un beau et tendre moment de quiétude alanguie ?
DSC04403.JPG
Les surréalistes ont suffisamment vanté la beauté de la rencontre des contraires pour que cette union entre une mosquée et une cathédrale puisse susciter un clin d'oeil en forme de collage. L'occasion en est fournie par une exposition de photos du début du siècle prises au Chili, qui se marient avec le présent en un instant. Cordoue, la bien nommée.
DSC04486.JPG

18/01/2010

Charisme

Le goût de l'époque n'était certes pas celui d'aujourd'hui. Pourtant, maints commentateurs ont pu souligner l'épaisseur du corps et de la cuisse, la disharmonie entre le haut et le bas du corps ou le visage aux traits éloignés de la beauté classique grecque qu'elle incarnait pourtant. Isadora Duncan n'était pas à proprement parler une jolie femme du début du siècle, mais elle fut pour nombre d'artistes l'image même de la beauté. Comment incarner ce que l'on est pas, et comment disposer d'une capacité de fascination portée à un point aussi haut ? pour ce qui concerne Isadora Duncan, la réponse peut être trouvée dans sa liberté, qui attire toujours autant qu'elle effraie, dans la nouveauté de sa danse, dans le panthéisme qui la chargeait de toutes les beautés de la nature au sein de laquelle elle dansait, dans  le mouvement peut être et tout simplement, dont on sait qu'il est la vie même.

ISADORA-DUNCAN02.jpg
Isadora Duncan dansant

L'exposition consacrée à Isadora Duncan dans le très beau  Musée Bourdelle à Paris, outre qu'il permet de (re)découvrir la vie et l'étonnant parcours de la danseuse aux pieds nus, rend compte de l'état de trouble dans lequel furent plongés les artistes qui eurent le bonheur d'assister aux évolutions d'Isadora. Leurs chroquis, dessins, peintures sont enflammés,  fébriles, passionnés et produits en séries comme si la profusion augmentait les chances de saisir l'insaisissable.
Isadora001.jpg
Antoine Bourdelle - Isadora Duncan

J'ai toujours trouvé sinon ridicule du moins peu professionnels les profils de poste dans lequel il est porté la mention "Charisme" dans les compétences requises. Qu'est-ce que le charisme et de quoi est-il fait ? capacité à entraîner les autres ? aura singulière ? énergie individuelle rejaillissant sur le collectif ? crédibilité intrinsèque ? autorité professionnelle ou morale ? légitimité ? Le Littré ne connaît pas le mot charisme et les définitions opérationnelles font défaut. Pour régler définitivement la question, on peut conseiller aux utilisateurs du concept de charisme d'aller en constater  l'existence dans l'exposition consacrée à Isadora Duncan et de renoncer à son usage dans la foulée (aux pieds nus bien évidemment).

04/01/2010

Rentrée des classes

Pas besoin d'avoir préservé la part d'enfant en soi pour, certains matins, être habité par un lancinant : "Je veux pas y aller".

DSC03800.JPG
Jeunes catalans dubitatifs à l'idée de reprendre l'école

Il est certain qu'il est des activités plus amusantes que celles qui sont proposées les jours de reprise.
DSC03793.JPG
La jeune génération au pouvoir

Mais il est vrai que les vacances fatiguent, surtout les musées, et que le travail permet de reprendre un rythme plus reposant.
DSC03616.JPG
Museo Nacional d'Arte de Catalunya

Et puis il reste, paraît-il, un monde nouveau à construire. Alors, comme y invite Christophe Collomb : VAMOS !
DSC03773.JPG

02/01/2010

Lire, Ecrire, Parler, Jouer

Sur le mur il est écrit : "Es dificil distinguir entre movirse et ser movido". La phrase est de Manuel Vazquez Montalban. Elle figure sur une place qui lui est dédiée, au coeur du vieux Barcelone, dans le quartier del Raval. Lieu de passage, d'intermède temporel, de parole et de silence qui n'est jamais que la ponctuation du discours.

DSC03043.JPG
Barcelone - Place Manuel Vazquez Montalban

On peut lire également sur la porte verte : "Les dieux ont disparu, il nous reste la télévision". A laquelle on peut préférer une chaise dehors.
DSC03044.JPG
Barcelone - Place Manuel Vazquez Montalban

Si l'on quitte le créateur du détective cuisinier, j'ai nommé Pepe Carvalho, on peut, du côté de Barceloneta, assister aux bains du premier janvier. Parfum de liberté, de goût du jeu et de défi rieur.
DSC03307.JPG
Un baigneur du 1er janvier à Barceloneta

Et le jeu peut se poursuivre avec le Cirque du Soleil, pour le 1er janvier, le spectacle des enfants s'impose.
DSC03379.JPG

Si le jeu est véritablement au programme de l'année 2010, peut être sera-t-elle  UN ANO DE LUZ ?
DSC03450.JPG

01/01/2010

Bonne année européenne (au moins !)

Depuis ce 1er janvier 2010, l'Espagne préside le Conseil de l'Union Européenne. Ce n'est pas la première fois certes, en fait la quatrième depuis son entrée dans l'Europe en 1986, mais par contre c'est la première fois que la Présidence du Conseil de l'Union est dissociée de la présidence du Conseil Européen, confiée pour deux ans à Herman Van Rompuy, tandis que Catherine Ashton est nommée haute représentante de l'Union. Un couple Hispano-Flamand avec une touche de britannique, voilà qui fait sens au regard de l'histoire européenne. L'Espagne et la Flandres, le feu et la glace, mais un passé commun et le même goût de l'aventure, de la découverte et du voyage, voilà un couple prometteur.

Picasso.jpg
Musée Picasso - Barcelone - Imagines secretas
Sur le registre Espagne/Flandres on peut constater si l'on visite le musée Van Gogh à Amsterdam puis le musée Picasso à Barcelone, que l'Espagnol et le Flamand partageaient le même goût pour les estampes japonaises, la liberté de Picasso et son feu de vie positive lui permettant d'apprécier plus ouvertement les estampes érotiques.
Torii KiyonagaCantique6-1.jpg
Torii Kiyonaga - Cantique

Nés en Europe, ayant vécu en France, fascinés par le Japon, par la culture africaine et d'autres encore, Picasso et Van Gogh, furieusement vivants, n'avaient guère le temps de se questionner sur leur identité : ils travaillaient pour leur plus grand plaisir et le notre. Que  leur ouverture au monde, leur créativité et leur désir de vie soient la marque de cette nouvelle année. Je vous souhaite une très belle année 2010.

31/12/2009

Et pour finir l'année ? Eve bien sur...

L'année 2009 s'est ouverte sur une chronique illustrée par Max Ernst (voir chronique du 1er janvier 2009). Elle invitait, malgré un contexte récessif et dépressif, à ne pas céder au repli mais au contraire à aller de l'avant : VAMOS était la première des injonctions qui prennent parfois place dans ces chroniques, et qui sont moins des marques d'autorité que des invitations lancées à qui voudra bien les saisir. Mais comment pouvait-on se refuser à l'Eve de Max Ernst, girafe au long cou et à l'oiseau dans les cheveux ?

Eve, la seule.JPG
Max Ernst - Eve, la seule qui nous reste

Comment clore l'année 2009 ? avec Eve bien sur, qui permet un double salut. A Alain Garrigue, dont la belle maturité apaisée est à la fois accomplissement et promesses, et à l'Espagne qui va présider l'Union Européenne, ce dont je vous reparlerai dès demain et qui justifie que l'année se termine comme elle avait commencée, par une invitation à aller de l'avant : VAMOS SIEMPRE !
Eve, bien sur AG 1998.jpg
Alain Garrigue - Eve, bien sur - 1998

29/12/2009

VOYAGES A VENIR

A près de 80 ans, Michel Serres, que les honneurs multiples n'ont pas alourdi, garde la vivacité, le plaisir, la malice et la pétillance qui l'ont toujours caractérisé. Il conserve également cette plus rare foi dans la jeunesse avec la conviction que chaque génération a ses propres combats à mener et qu'elles ne sont pas concurrentes entre elles. Pas de conflit de générations avec Michel Serres, mais des témoins qui se transmettent sous forme de "voilà ce que je peux vous léguer, et je le fais avec plaisir non pour que vous y soyez fidèle en le statufiant, mais pour l'usage que vous jugerez bon". Mais plutôt que de le faire parler, donnons lui la parole :

"L'intelligence n'est pas de savoir axiomatiquement comment on déduit... Pour Montaigne, ce n'était plus "tête bien pleine", la diffusion de l'imprimerie détrônait cette mémorisation des voyages d'Ulysse, des contes..., qui servaient de supports aux connaissances de l'époque. Déjà Montaigne ne trouvait plus de sens à mémoriser une bibliothèque potentiellement illimitée. Mais sur Internet, faut-il encore une "tête bien faite"? Peut-être "surfera" mieux "pied bien démerdard". Voilà la définition de l'intelligence d'aujourd'hui. Celui qui courra le mieux avec ses deux pieds ne sera pas forcément polytechnicien agrégé de philosophie; ceux-là auront la tête trop lourde pour se débrouiller là-dedans... Par conséquent, il y aura des chances nouvelles pour des gens que l'ancien monde traitait de débiles. C'est un nouveau départ avec des chances également réparties.

L'homme se promènera dans le volume de l'information comme il se promène dans les forêts et les montagnes, pour explorer le monde physique. Jusqu'ici, le savoir était un lieu d'apprentissage de la déduction, de l'induction, de la mémoire. Il devient aujourd'hui un lieu de promenade. Cela n'est jamais arrivé."

Watteau.JPG
Watteau - L'embarquement pour Cythère

Cette invitation au voyage, dans la joie et le plaisir des sens, est celle que Watteau peignit avec la part de mystère qui habille ses toiles. L'invitation au voyage mérite d'être renouvelée, ce que fit Michel Serres encore, lors d'un récent passage à Toulouse, en ces termes : "Je pense que les mutations sont telles que l'avenir immédiat n'appartient pas aux grandes institutions mais aux initiatives individuelles mêmes minuscules mais toujours proche des individus. Il faut que chacun prenne conscience de cette nécessaire reconfiguration et se l'approprie. C'est à ce niveau-là que la mayonnaise doit prendre. Après seulement, dans un second temps, viendra le temps des institutions. J'aimerais avoir 18 ans et la jeunesse pour avoir devant moi le temps d'entreprendre, pour participer à cette grande mutation et la voir lever. On n'est pas qu'à l'aube de la deuxième décennie du vingt et unième siècle mais à l'aube de quelque chose.".  Entre le coucher de l'année en cours et le lever de l'année nouvelle, l'heure bleue, interstice temporel, permet de mieux apprécier la parole de Michel Serres.

25/12/2009

JOYEUX NOEL !

Noël est un moment de célébration, de fraternité et d'expression de son affection à ceux que l'on aime. Le Pape Benoit XVI lui même l'a éprouvé en cette nuit de Noël, tel Jean-Baptiste Grenouille qui, dans le roman "Le Parfum" de Suskind, est dévoré, au sens propre du terme, par ses admirateurs. On ne peut qu'encourager chacun à se laisser aller aujourd'hui, et peut être demain et les jours suivants, à embrasser ceux qu'il aime en application de l'excellent principe : jamais trop !

clovis-trouille9-607x800.jpg
Clovis Trouille - Rêve Claustral
L'occasion de signaler que l'exposition consacrée à Clovis Trouille se tient jusqu'au 7 mars 2010 au remarquable musée de L'Isle Adam.
EXCELLENT NOEL A TOUTES ET A TOUS.

22/12/2009

L'art de voir

En 1859, Ernst Wilhelm Tempel, lithographiste allemand de métier et astronome par passion, découvre la nébuleuse des Pléiades. L'année suivante il découvrira la planète Maximiliana, rebaptisée ensuite Cybèle. Les sociétés d'astronomie contesteront qu'un amateur non diplômé puisse avec une lunette peu perfectionnée découvrir ce qu'eux même ne pouvaient voir avec des instruments bien plus puissants associés à une maîtrise supérieure, et attestée, de l'astronomie. Pourtant, les planètes sont bien là et l'acuité visuelle de Tempel, l'habileté de son observation, la mise au point d'une réflexion corrective mais aussi un certain esprit poétique lui ont permis d'identifier Maximiliana avant que la science officielle ne l'aperçoive. Le musée des Beaux-Arts de Tours rend hommage jusqu'au 18 janvier à E-W Tempel en présentant une exposition de Marx Ernst dans laquelle figurent notamment les eaux-fortes de Maximiliana, ouvrage réalisé en collaboration avec Iliazd.

maximiliana001.jpg
Max Ernst - La Terre vue de Maximiliana - 1963

En 1878, E-W Tempel déclarait : "La mémoire est moins cultivée et exercée qu'autrefois du fait de la masse des imprimés accumulés au cours des siècles et l'art de voir est en train de se perdre par suite de l'invention de toutes sortes d'instruments optiques". Propos conservateurs d'un réfractaire aux techniques auxquelles il n'a pas accès ? non pas. Plutôt le rappel que l'information ne fait pas la connaissance, que la machine est au service de l'homme et non l'inverse et que l'on ne trouve, quel que soit le degré de sophistication des instruments utilisés, que si on développe sa propre capacité à voir. Combien d'inventions qui n'en furent guère parce que non vue par ceux qui les ont approchées, comme les astronomes s'approchèrent des planètes et nébuleuses que seul Tempel identifia. Tempel qui comparaît sa démarche à celle des peintres. Agir pour mieux voir, aiguiser sans cesse sa perception et son regard, sortir du regard d'habitude et du regard disciplinaire et discipliné. Bien avant les surréalistes qui le reconnurent, E-W Tempel illustrait déjà cette phrase d'André Breton : "L'oeil existe à l'état sauvage".

16/12/2009

1 million d'assistés en moins

Voilà qui devrait réjouir les contempteurs de nos systèmes sociaux : Pole Emploi annonce qu’en 2010 plus d’1 million de personnes cesseront d’être indemnisées par le régime d’assurance-chômage et que seulement 17 % d’entre elles bénéficieront de l’allocation de solidarité spécifique. A méditer par ceux qui considèrent que la France est un pays dans lequel tout un chacun peut ne pas travailler et vivre grassement d’aides sociales. Ou encore que moins on a d’argent plus on est soigné gratuitement. A ceux là on proposerait volontiers, en se moquant d’être taxé de démagogie, de passer six mois aux minimas sociaux pour gouter aux charmes de l’assistance. Pour ceux qui seraient assez loin des réalités pour imaginer que l’accès à l’emploi ne relève que de la motivation personnelle et que la fin des indemnités augmentera le retour à l’emploi, je livre cette réflexion d’Alain Garrigues qui connut quelques périodes difficiles : « Crois moi, quand t’as pas un rond pour bouffer et que c’est ton unique préoccupation tu es impliqué du matin au soir et de manière exclusive ». Pas le temps donc de chercher du boulot.

catalogue raisonne Maturana 003.jpg
Alain Garrigues - Maturana - Oublieux du quotidien - 2006

Ce million de personnes dont les ressources vont diminuer de manière drastique va-t-il déclencher une explosion sociale ? non nous répond Pareto. Tant que moins de 20 % des actifs sont en situation difficile, le point de vue des 80 % sera toujours prédominant et justifiera que l’on s’en tienne à sortir la boîte à rustines. C'est-à-dire pas avant d’avoir 5 millions de chômeurs.

Parmi les rustines, justement, le nouveau Fonds Paritaire de Sécurisation des Parcours Professionnels. Prenons les paris qu’il sera mobilisé pour financer la formation des demandeurs d’emploi qui basculeront en fin de droit. Et c’est ainsi que la réforme de la formation professionnelle se transforme en roue de secours d’un système social qui a bien du mal à ne pas traiter que l’urgence.

21/11/2009

Jeu de mains, jeu de toulousain

Une précédente chronique avait déjà souligné qu'à mélanger droit et morale, on fait du mauvais droit et on fragilise la morale que l'on veut défendre. Le débat qui agite la France depuis mercredi et envahit jusqu'à cette chronique, est de savoir si le match de Football entre la France et l'Irlande doit être rejoué. Combien de voix se sont élevées (pas vrai Attali ?) pour dire combien il fallait avoir honte et demander à rejouer le match. Combien d'amalgames douteux : en vrac la marseillaise, l'identité nationale, l'honneur, la morale entre autres sont convoqués pour condamner, vociférer, s'indigner. Signe de la confusion intellectuelle qui règne quand même souvent dans ce pays.

Faisons un peu de droit puisque tel est notre plaisir : le football a décidé de confier le respect des règles du jeu à un trio d'arbitres. Il a refusé de faire appel à la vidéo. L'erreur éventuelle de l'arbitre fait partie des règles. Elle peut concerner des actions déterminantes ou anodines. L'arbitre, en droit, à toujours raison puisque sa décision n'est pas susceptible d'appel. Comme le juge, la loi lui confère à un moment donné la possibilité de dire la vérité, serait-elle contraire aux faits. Comme l'employeur fait sa loi sous le contrôle du juge, le footballeur peut utiliser ses mains sous le contrôle de l'arbitre. Shiva n'est pas interdite de football.

DSC01585.JPG
Shiva - Metropolitan Museum of Art

Même s'il peut y avoir de la beauté sans les mains...
DSC01652.JPG
Buste - Metropolitan Museum of Art

...il est nécessaire de rappeler l'adage rugbystique : "Jeu de mains, jeu de toulousain". Certes, nous sommes au rugby. Mais en ce domaine la règle est claire : la vidéo peut être utilisée pour arbitrer mais uniquement dans deux cas : en cours de match pour valider ou non un essai (et pas pour une action située dans le champ de jeu), après le match pour des brutalités qui n'auraient pas été sanctionnées (et non pour revenir sur des décisions d'arbitrage). Constatons que la règle est différente et les conséquences également. Plutôt que de vociférer, la seule question qui vaille concernant Frane-Irlande est de savoir s'il faut modifier une règle qui peut aboutir à des décisions d'arbitrage sur des actions de but ou si l'on adopte la règle du rugby (vidéo uniquement pour valider ou invalider les buts marqués). En l'occurence, si la règle avait été celle du rugby, il n'y aurait pas eu but, la France aurait été éliminée et l'on parlerait depuis mercredi de la nullité des joueurs et de leur entraîneur ce qui rehausserait le débat.

Mais concluons qu'il serait dommage de se priver de la possibilité d'utiliser ses mains, qui contribuent largement à la grâce de la vie, qui peut surgir en n'importe quel lieu et à tout moment.

DSC00302.JPG
Instant de grâce dans un Coffee Shop