Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

13/06/2017

C'EST ÉCRIT OÙ ? (SAISON 2)

J’avais il y a quelques années, brocardé les juristes qui cherchent les textes qui autorisent et, à défaut de les trouver, en concluent que « ce n’est pas possible » ou, plus souvent, que « la prudence recommande de s’abstenir », la meilleure solution pour ne pas avoir les mains sales étant de n’en avoir pas du tout (voir ICI).

Le Conseil d’Etat vient de livrer, en matière de VAE, une nouvelle illustration du principe selon lequel il suffit souvent de se référer à la règle générale pour avoir la solution, sans besoin de la conforter par un texte particulier.

En l’occurrence, un candidat demande à obtenir un diplôme d’expertise-comptable par la voie de la VAE. Le service académique rejette sa demande en l’absence de texte précisant les modalités d’accès à ce diplôme par la VAE. Le candidat, tenace, enjoint le Ministère de prendre ce texte et saisit le Conseil d’Etat à cette fin. Il est débouté, mais c’est une bonne nouvelle pour lui. En effet, le Conseil d’Etat considère que la loi prévoyant l’accès à la VAE pour tous les titres professionnels et un décret ayant fixé les modalités procédurales dans ses grandes lignes, il n’était pas nécessaire d’avoir en supplément un texte spécifique pour le diplôme d’expertise comptable. Là où la loi générale suffit, ne nous égarons pas dans les précisions superfétatoires.

IMG_3193.jpg

Et du coup, le candidat aurait mieux fait de critiquer la décision de rejet de sa demande, plutôt que d’enjoindre au Ministère de prendre enfin les textes nécessaires, partageant en cela l’erreur des juristes en perpétuelle recherche de textes spéciaux.

Au-delà de la leçon de droit, on tirera également de cette décision la conséquence que l’intégralité des titres et diplômes inscrits au RNCP sont accessibles par la VAE, sauf texte l’interdisant (en particulier dans le domaine de la défense, de la sécurité ou de la santé). Ce qui signifie, il n’est pas inutile de le rappeler, que toutes les compétences peuvent s’acquérir par d’autres voies que la formation. D’où l’adage : « Tout ce qui s’enseigne peut s’apprendre, tout ce qui peut s’apprendre ne peut pas s’enseigner ».

Conseil d'Etat 7 Juin 2017.pdf

Commentaires

D'un autre côté, il n'est pas toujours évident d'apprécier si un texte peut se suffire à lui-même...

Écrit par : bcallens | 13/06/2017

Répondre à ce commentaire

"Mais c'est écrit où ?" "Dans l’article L. 335-5 du Code de l'éducation", dit le juge.
Trop fastoche, et même moi j'aurais trouvé la réponse...!!
A bientôt !
FF

Écrit par : FF | 14/06/2017

Répondre à ce commentaire

@FF
C'est mon grand-père qui m'a appris les appâts pour la pêche. J'ai pas tout perdu :-)
Au plaisir

jpw

Écrit par : JPW | 14/06/2017

Répondre à ce commentaire

@JPW
Quand l'appât vaut plus cher que le poisson, il vaut mieux utiliser le téléphone. J'aurais souhaité vous appeler pour vous soumettre une idée. Auriez-vous un petit moment à m'accorder ? Vendredi, c'est mon jour. Je vous propose demain ou vendredi prochain.
Merci.
PS: j'ai votre numéro.

Écrit par : FF | 15/06/2017

Répondre à ce commentaire

Vendredi, jour du poisson ?

Écrit par : sylvain | 16/06/2017

Répondre à ce commentaire

@FF : désolé du retard, la chaleur, toussa....

Vendredi prochain non, le 30 oui, sinon jeudi 22 et jeudi 29 possibles également.

Au plaisir

jpw

Écrit par : JPW | 20/06/2017

Répondre à ce commentaire

@JPW, bonjour,

Je vous appellerai jeudi 29/06 entre 10-11h. Est-ce que cela vous convient-il ?

Merci

FF

Écrit par : FF | 21/06/2017

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire