Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24/08/2016

LOI TRAVAIL : LIFE IN MOTION

La loi Travail ayant été publiée, il est aujourd'hui possible d'en faire une analyse méthodique, et ce blog va donc s'attacher à partir de ce jour à passer en revue ses dispositions pour tenter d'objectiver leur portée réelle. Mais pour débuter cette série, et tenter de lui donner un peu de sens, commençons par rechercher l'esprit des lois. Quel est le fil conducteur du texte, quels objectifs poursuivaient ses promoteurs, quelle philosophie anime la réforme ? on pourrait le résumer en un mot : ADAPTATION. La loi Travail repose sur le diagnostic, pris comme une évidence mais non démontré factuellement, que le droit du travail favoriserait l'immobilisme, l'ancrage dans le passé, l'incapacité à prendre en compte l'évolution des technologies, des organisations, des modes de productions, de l'économie mondialisée, etc. Toutes les règles de la loi Travail peuvent s'interpréter au regard d'une logique : il faut substituer à un droit du travail structuré, ordonné, hiérarchisé, centralisé, bâti sur une logique de construction accumulative propre aux 30 glorieuses, un droit décentralisé, mouvant, évolutif, temporaire, souple ("agile" dans la novlangue des dirigeants) qui permettrait de s'adapter à un monde évoluant lui même à un rythme toujours plus rapide. 

IMG_8039.jpg

Même si la communication sur la loi Travail a été calamiteuse, cette logique permet aux tenants de la loi de bénéficier de toutes les valeurs positives liées au mouvement et de renvoyer les opposants à l'immobilisme, au passéisme, à l'absence de réalisme, en un mot de créer un artificiel débat entre les dynamiques qui veulent faire évoluer le système et ceux qui n'ont comme projet que de maintenir l'existant. Les modernes et les conservateurs, ceux qui vont de l'avant et ceux qui restent tous freins serrés. Ce n'est évidemment pas un hasard si les promoteurs véritables du projet, Valls et Macron, ont en semblable détestation l'idéologie et se réclament du pragmatisme et si le mouvement politique du second s'appelle "En marche" sans que l'on sache véritablement vers quoi. 

IMG_0724.jpg

Car si le mouvement ce peut être la grâce de la danse, porté à sa quintessence c'est aussi le cyclone qui détruit les constructions collectives et renvoie à la capacité de chacun de trouver la possibilité de reprendre vie en terrain désolé. Autrement dit, ni le mouvement ni la réforme ne font sens en eux-mêmes. Et l'on peut considérer qu'avoir fait de l'adaptation la valeur cardinale du projet est au fond un aveu que l'on ne maîtrise plus grand chose de l'évolution du monde, que l'on a renoncé à toute volonté dans ce domaine et que l'on circonscrit son action à tenter de mettre en place des moyens de se protéger du cyclone. 

Commentaires

A lire ces commentaires de la loi travail j'ai eu presque l'impression (un bref instant) d'être devenu socialiste (le pragmatisme, le mouvement, l'adaptation permanente, l'agilité résonnent positivement à mes oreilles). Mais finalement rassurons-nous la loi travail n'est qu'un minuscule pas dans la bonne direction et elle ne créera guère d'emplois parce que notre pays est englué dans tel surplace économique, politique, social et institutionnel que pour le faire bouger il en faudra bien plus (et durant de longues années).

En tant qu'entrepreneur d'un petit OF qui a manqué de disparaître l'an dernier j'ai intégré aussi quelques leçons sur l'entreprise en France (et surtout la formation).

Ayant donc passé la crise de 2015 en formation (crise totalement artificielle et créée par le gouvernement de JM Ayrault et les improvisations de M Sapin) je me félicite encore d'avoir écouté les conseils de mon premier associé (un ancien chef d'entreprise), je les livre à tout candidat à la création d'un OF :

Pour vivre heureux et garder son organisme de formation en vie il faut respecter trois principes :

1) ne jamais embaucher qui que ce soit (même pas soi-même)

2) ne jamais s'engager dans des locaux de formation (un bail précaire tout au plus)

3) ne jamais investir des sommes importantes dans des logiciels, du matériel...

J'ai durant 10 années suivi assez scrupuleusement ces conseils ce qui a permis à ma petite entreprise de passer de 400 000 euros de CA en 2013 à 33 000 euros en 2015 sans y laisser ma chemise.

Désormais je travaille avec une visibilité de 3 mois à peine et ai bien compris qu'il ne fallait surtout pas être ambitieux dans le domaine de la formation en France.

Ca ne fera pas l'affaire des chômeurs ou de notre économie mais à l'avenir le risque social ne pourra plus guère être assuré par les entreprises, ce sera à chacun d'être son propre assureur, de développer ses compétences et de maintenir son employabilité en ne comptant que sur ses propres forces.

Écrit par : cozin | 24/08/2016

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire