Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

06/06/2017

Formation, la réforme se décale

Certes, il y avait le Stade Toulousain, mais c'est plutôt venu sur le tard, après avoir arrêté la compétition sportive et pût reprendre le chemin des bars, des copains et de la convivialité. Mais avant les rouge et noirs, il y avait eu la magie des rouges et blancs (en noir et blanc sur la télé, évidemment) : le Pays de Galles des années 70, démonstration que l'on peut boire de la bière et courir comme un lapin sans bouffer de la créatine à tous les petits-déjeuners. La longue silhouette bringuebalante de JPR Williams, cheveux et favoris au vent, qui prenait tous les intervalles et qui avait la magie en lui : personne, pas même lui sans doute, ne savait ce qu'il allait faire du ballon lorsqu'il le recevait. Pourquoi cet accès soudain de nostalgie galloise ? parce que les rois de l'intervalle n'auraient pas renié le double décalage de la réforme de la formation professionnelle. 

Signed-JPR-Williams-Gareth-Edwards-Phil-Bennett-Welsh-Rugby-Montage-Proof-271910111031-700x487.jpg

JPR Williams, Gareth Edwards, Phil Bennett

Dans la feuille de route distribuée ce jour aux partenaires sociaux, deux  informations relatives à la formation : le chantier sera lancé à la rentrée et se traduira par un projet de loi au printemps. Premier décalage : on nous annonçait un texte avant la fin de l'année, voire une inclusion dans les ordonnances, que nenni. L'espace est donc ouvert pour que les partenaires sociaux aient le temps de négocier un ANI avant la loi dans un calendrier qui rappelle celui de 2013/2014 : lettre d'orientation en juillet, ANI en décembre, loi en mars. Deuxième décalage : il est question d'insertion, d'alternance, de formation des demandeurs d'emploi. Exit la formation des salariés et pas un mot sur le paritarisme. Après les ordonnances sur le travail, on voit bien le retour à plus de classicisme : une volonté certes de modifier résolument quelques dispositifs clés (apprentissage et formation des demandeurs d'emploi) mais pas de grand soir annoncé. Voilà qui rassurera sans doute dans les OPCA, d'autant qu'un texte voté courant 2018 ne concernera vraisemblablement que les contributions de 2019 pour des raisons techniques et comptables.  Et compte tenu de la vacuité du projet à ce jour (voir chronique précédente), ce délai est sans aucun doute le bienvenu, car les réformes ont en commun avec les souvenirs et les bonnes bouteilles d'avoir besoin d'un peu de temps pour donner leur pleine mesure. 

Commentaires

La réforme de la formation est la meilleure façon de la rendre immobile et inutilisable pour des années.
Il serait inconcevable que des gens intelligents et responsables (forts différents en cela de ceux qui ont oeuvré de 2012 à 2017) ne parviennent pas à comprendre que ce qui bloque réellement la formation est bien plus ancré et profond qu'on le dit un peu partout :

- le manque d'envie d'apprendre et de changer de nombreux travailleurs

- la fausse impression de sécurisation procurée par le CDI et le code du travail

- Les piètres souvenirs laissés par une école qui fonctionne encore comme sous Jules Ferry

- le désintérêt quasi général pour le développement des compétences et la prévention des déqualifications

- le manque d'investissement du corps social dans le travail (considéré comme pénible, une perte de temps ou trop coûteux)

- l'absence de volonté de payer le prix d'une éducation de qualité pour les adultes (qui devraient être bercés par l'illusion que leur formation ne leur coûte ni ne leur coûtera jamais rien)

La formation fonctionne dans un pays par appropriation et imprégnation, en changeant tous les 4 ans ses règles on est à peu près sûr de la rendre impuissante et inutile.

Écrit par : cozin | 06/06/2017

Répondre à ce commentaire

Au-delà de la question de l'instabilité normative (qui est en fait un phénomène généralisé...) sur lequel on pourrait dire beaucoup de choses je pense il y a effectivement un problème lié aux mentalités.

Avoir le meilleur dispositif qui soit, correctement financé, ne servira à rien si cette question n'est pas traitée.

Je n'aime pas beaucoup les techniques utilisées habituellement pour les changer (en fait cela dépend beaucoup des idées que l'on cherche à implanter et les comportements qu'on veut susciter). J'observe simplement que l'on ne fait rien en ce sens.

Écrit par : bcallens | 07/06/2017

De mon côté c'était plutôt le Racing et le Showbiz des Mesnel, Guillard, Lafont...Champagne, noeud pap et panache.
Bon, avec ce que vous annoncez ce serait le FCG des mamouths !
A l'approche des législatives, je vais, comme en 2003, entreprendre une action de modeste lobbying auprès des futurs députés pour les éclairer sur les enjeux de la formation des salariés, amis aussi sur les DE et les jeunes.
Et si bon nombre de confrères voulaient faire de même, on pourrait faire tomber les stéréotypes (archétypes ?). Il faudra faire campagne à notre tour après l'autre (campagne). Profitons que le pouvoir en place sera tout nouveau pour qu'il soit à l'écoute de sa base. Nous connaissons tous des députés ou futurs député.

Écrit par : sylvain | 07/06/2017

Répondre à ce commentaire

La marge de manœuvre de nos chers élus est beaucoup plus étroite que vous ne l'imaginez. Et le changement des mentalités qui me semble important ne se décrète ni se légifère...

Écrit par : bcallens | 08/06/2017

Je viens de recevoir ceci d'Actalians jpw - plutôt inquiétant, non?

Madame, Monsieur,
La période transitoire, définie par l’ensemble des financeurs, au cours de laquelle les organismes de formation sont invités à s’enregistrer sur le Data-Dock s'achève le 30 juin prochain.
Si votre organisme n’est pas référencé par Actalians le 1er juillet 2017, vous ne pourrez plus, à compter de cette date, bénéficier de notre financement.
Afin d’éviter cette situation qui serait préjudiciable pour votre structure, mais aussi pour nos entreprises adhérentes, nous souhaitons vous accompagner dans cette démarche.
C’est pourquoi nous vous proposons de participer à une réunion d’information afin de vous présenter le Data-dock et vous accompagner dans le processus de référencement.
Des réunions sont programmées à Paris les 22 et 23 juin prochain au siège national d’Actalians, 4 rue du Colonel Driant 75001 de 14 heures à 16 heures.
Pour vous inscrire nous vous invitions à cliquer sur le lien ci-après :
http ://k6 re/b0 M6


Je reste à votre disposition
Cordialement
Anne-Marie Jasnot
Chargée de Mission

Tél : 01 53 00 86 54
annemarie.jasnot@actalians.fr

Écrit par : andrew | 07/06/2017

Répondre à ce commentaire

je vous invite à lire ma chronique publiée il y a 2 jours dans miroir social http://www.miroirsocial.com/actualite/14681/90-des-organismes-de-formation-prives-pourraient-disparaitre-avant-la-fin-de-cette-annee

Écrit par : cozin | 08/06/2017

Répondre à ce commentaire

Désolé, ceci est sans vrai rapport avec le thème, mais par rapport à notre discussion sur data dock, Actalians vient de m'envoyer ceci. C'est plutôt inquiétant : non seulement le dossier doit être soumis au 30 juin, mais vous devez être référencé par eux au 1er juillet! Je suppose que c'est illégal, vu le retard qu'ils ont dans la validation des dossiers, mais tout de même....

Je viens de recevoir ceci d'Actalians jpw - plutôt inquiétant, non?

Madame, Monsieur,
La période transitoire, définie par l’ensemble des financeurs, au cours de laquelle les organismes de formation sont invités à s’enregistrer sur le Data-Dock s'achève le 30 juin prochain.
Si votre organisme n’est pas référencé par Actalians le 1er juillet 2017, vous ne pourrez plus, à compter de cette date, bénéficier de notre financement.
Afin d’éviter cette situation qui serait préjudiciable pour votre structure, mais aussi pour nos entreprises adhérentes, nous souhaitons vous accompagner dans cette démarche.
C’est pourquoi nous vous proposons de participer à une réunion d’information afin de vous présenter le Data-dock et vous accompagner dans le processus de référencement.
Des réunions sont programmées à Paris les 22 et 23 juin prochain au siège national d’Actalians, 4 rue du Colonel Driant 75001 de 14 heures à 16 heures.
Pour vous inscrire nous vous invitions à cliquer sur le lien ci-après :
http://k6.re/b0_M6


Je reste à votre disposition
Cordialement
Anne-Marie Jasnot
Chargée de Mission

Tél : 01 53 00 86 54
annemarie.jasnot@actalians.fr

Écrit par : andrew | 08/06/2017

Répondre à ce commentaire

Je viens de recevoir ceci d'Actalians jpw - plutôt inquiétant, non?

Madame, Monsieur,
La période transitoire, définie par l’ensemble des financeurs, au cours de laquelle les organismes de formation sont invités à s’enregistrer sur le Data-Dock s'achève le 30 juin prochain.
Si votre organisme n’est pas référencé par Actalians le 1er juillet 2017, vous ne pourrez plus, à compter de cette date, bénéficier de notre financement.
Afin d’éviter cette situation qui serait préjudiciable pour votre structure, mais aussi pour nos entreprises adhérentes, nous souhaitons vous accompagner dans cette démarche.
C’est pourquoi nous vous proposons de participer à une réunion d’information afin de vous présenter le Data-dock et vous accompagner dans le processus de référencement.
Des réunions sont programmées à Paris les 22 et 23 juin prochain au siège national d’Actalians, 4 rue du Colonel Driant 75001 de 14 heures à 16 heures.
Pour vous inscrire nous vous invitions à cliquer sur le lien ci-après :
http://k6.re/b0_M6


Je reste à votre disposition
Cordialement
Anne-Marie Jasnot
Chargée de Mission

Tél : 01 53 00 86 54
annemarie.jasnot@actalians.fr

Écrit par : andrew | 08/06/2017

Répondre à ce commentaire

Oui, j'ai vu passer ça. Cela a été envoyé à tous les organismes qui ont travaillé avec Actalians. A mon avis c'est du bluff et c'est un coup de pression parce que nombre d'organismes n'ont pas encore entré leurs données et que le traitement sera ensuite impossible dans les délais.
Mais je ne pense pas qu'Actalians bloque le système personne n'y a intérêt et surtout pas eux à un moment où les OPCA sont sur la sellette.
D'autres OPCA ont déjà annoncé publiquement qu'il n'y avait pas d'affolement à avoir au 30 juin. Et enfin je rappelle que le 30 juin est une échéance fixée arbitrairement puisque la loi s'applique depuis le 1er juillet.
C'est avec des comportements de ce type que l'on scie la branche sur laquelle on est assis.

jpw

Écrit par : jpw | 08/06/2017

Répondre à ce commentaire

Travaillant au sein d'un OPCA, je vous confirme que la consigne donné en interne est de ne plus accordé de financement qu'aux organismes référençable DATADOCK et référencé par notre OPCA à compter du 1er juillet. Aucun accord de financement ni de règlement de factures à compter de cette date pour les organismes non référencé par l'OPCA.

Écrit par : michael | 30/06/2017

Bonjour Michael
J'ai vu des communications d'OPCA accordant un délai de grâce aux organismes jusqu'au 30 septembre. Si un OF a suivi la consigne de déposer son dossier avant le 30 juin, comment peut-il être sanctionné avec un refus de financement, car le référencement ne dépend pas de lui, mais de la capacité des OPCA à examiner les dossiers? (seul un quart des dossiers a été examiné aujourd'hui). En cas de contestation juridique, l'OPCA ne s'exposerait-il pas à devoir payer dommages et intérêts ? Mais Jean Pierre confirmera - je ne suis pas juriste.
Autre

Écrit par : andrew | 02/07/2017

Répondre à ce commentaire

Apparemment la décision prise en réunion des directeurs d'OPCA est d'envoyer un courrier aux OF non inscrits dans le DATADOCK lors d'une demande de prise en charge pour leur demander de s'inscrire avant l'envoi de leur facture. Mais pas de bloquer les prises en charge. Il faut bien voir que la date du 30 juin n'est pas une date butoir mais une date de départ. A partir de cette date, on demande aux OF d'être référencés. Mais tout le monde reste référençante à tout moment pour ceux qui n'auraient pas fait la démarche. Donc on peut déposer des dossiers à tout moment évidemment. Cela ne sert donc à rien de se focaliser sur cette date (je n'ai d'ailleurs moi même pax encore rempli mon dossier...) : la question est surtout de savoir à partir de quand l'OF a besoin de facturer un OPCA.
Dernier point : je voudrai quand même voir quel OPCA refusera une prise en charge pour un OF non référencé si la demande émane d'un adhérent qui fait de larges versements volontaires....

jpw

Écrit par : jpw | 02/07/2017

Répondre à ce commentaire

Ca c'est certain!
Il serait vraiment utile que les OPCA communiquent leurs décisions d'une voix commune, car tout le monde nage dans un flou trouble, propice aux rumeurs infondées.
Les OPCA avec qui nous avons été en contact lorsque nous avons pris en charge les dossiers d'une dizaine d'OF ont été très coopératifs ainsi que les équipes très réactives de data-dock - je crois que par rapport à d'autres initiatives, celle-ci a été menée de manière efficace. La question qu'on peut se poser est de la durabilité de cette structure, car que se passe-t-il en cas de changement dans l'offre, le périmètre, les moyen ou les labels d'un OF? L'équipe de datadock, ainsi que chaque OPCA qui aura référencé la structure, devront-ils re-référencer le dossier? Ca va être lourd à gérer.
En tout cas merci beaucoup de votre réponse jpw

Écrit par : andrew | 08/07/2017

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire