Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

06/01/2017

AVANT, LA FORMATION ÇA RAPPORTAIT

En ce temps là, lorsqu’il y avait 8 stagiaires dans la salle, c’était un petit groupe. Le plus souvent, on était 12 ou 15, et parfois jusqu’à 20. Quand on organisait pas des Conférences d’actualité avec 100 participants ou plus. Tout était à deux chiffres : les marges et la croissance. La formation ne connaissait pas la crise, les catalogues enflaient exponentiellement, les commerciaux faisaient de la gestion de flux, comme les OPCA et les Responsables Formation. La dynamique semblait ne jamais devoir s’arrêter. Et en plus, on faisait plaisir et on se faisait plaisir. Mais qui a eu l’idée de mettre le réveil ?

2782136892.jpg

 

Commentaires

J'ai connu un directeur d'une Dafco qui expliquait qu'au début des gretas, à la fin des années 70, il y avait tellement de travail en formation qu'une porte entrouverte dans une entreprise (qui n'avait pas de service formation) devait être rapidement refermée sous peine de mourir étouffé sous la tâche.
Personnellement en 10 années d'activité formation, depuis 2006, je n'ai que très rarement rencontré un véritable élan pour la formation (ou alors dans des contextes sociaux particuliers).
Ce qui est sûr par contre c'est que désormais la formation est durablement sinistrée par la réforme improvisée et irresponsable de 2014.

Certains ont pu se dire que ça ferait du ménage (c'est ce que souhaitaient les socialistes pour favoriser leurs poulains publics et dégonfler les chiffres du chômage) on peut aussi penser que ça risque handicaper pour des années notre pays et rendre encore plus difficile d'éventuels gains de compétitivité.

La seule réforme à mener en matière éducative aurait dû être celle de l'école qu'il fallait évidemment remettre à plat (les statuts des enseignants, la gestion des carrières, les programmes, la décentralisation des moyens et des hommes, l'implication des familles et des entreprises...)

La France a fait tout l'inverse depuis 2012, elle s'est contentée d'arroser le sable de l'EN et du secteur public et de s'étonner ensuite que rien ne pousse plus guère dans le pays.

Écrit par : cozin | 07/01/2017

Répondre à ce commentaire

Bonjour,

Voilà au moins une évidence : plutôt que de réformer sans cesse la formation continue, il faudrait commencer par le commencement et s'occuper sérieusement de la formation initiale sur la base de véritables projets collectifs d'établissement et non pas de la sempiternelle approche disciplinaire qui sclérose le mammouth.

jpw

Écrit par : jpw | 08/01/2017

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire