Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

11/03/2017

MA RECETTE QUALITE

Séminaire de deux jours en cette fin de semaine pour travailler sur les lois Travail, Macron et Rebsamen. Le groupe est parfait : on peut à la fois travailler sur les pratiques, sur le sens, sur le présent, sur l’anticipation, appréhender les sujets en macro, résoudre des tas de questions micros. Et pour couronner le tout, une convivialité qui fait que le second jour, le travail de la matinée s’effectue en même temps que l’on déguste foie gras de l’Aveyron et vin blanc de Millau (plaisir du Peysir, minéral à souhait). Au vu des résultats, je me dis que je proposerai bien sur le Data-Dock, ma recette qualité suivante pour les formations  :

Cadaqués-20150526-01456.jpg

-       Une bonne tranche d’expertise, comme un généreux tour de moulin à poivre, une miche de pain de campagne sertie de noix et de raisins ou un jus lentement réduit et réchauffé du lendemain ;

-       Une large rasade d’analyse et d’évaluation des pratiques, avec la prise de recul et de distance que réclame la dégustation, par exemple, d’un Margaux ensoleillé ;

-       Un zeste de confrontation aux pratiques extérieures, comme ces épices qui éveillent le palais d’inattendues saveurs ,

-       Une dose de pensée contre soi-même, comme lorsque l’on s’interdit de reproduire une nouvelle fois ce plat si bien maîtrisé et que l’on prend le risque de le revisiter ;

-       Quelques détours pédagogiques, au goût de salé-sucré qui perturbe les habitudes et ouvre à des émotions nouvelles ;

-       Des exercices ludiques, pour retrouver les saveurs de l’enfance et ses suaves madeleines ;

-       Enfin le tout agrémenté d’une convivialité naturelle, non forcée, bienveillante, comme l’on se plaît à dresser la table pour ses amis et à se réjouir de leur venue.

 

Mais je ne sais pas si ça va rentrer dans les cases.

Commentaires

Bonjour,

Moi, quand l'indigestion arrive, je préfère éviter le primpéran ou le motilium (dangereux paraît-il). Le mieux, c'est encore l'alcool de menthe sur un sucre...

Écrit par : bcallens | 11/03/2017

Répondre à ce commentaire

Je ne sais pas ce que veut dire indigestion, quant a primpéran ou motilium, ayant résisté au dopage dans le cyclisme j'ai globalement renoncé à la pharmacopée. Mais je vous garantis que le Margaux guérit presque tout, et que le reste je le soigne en cuisine.

Écrit par : jpw | 11/03/2017

Répondre à ce commentaire

Pour reprendre la métaphore gastronomique, pour bien manger il faut non seulement un bon cuisinier et des produits de qualité mais aussi (et surtout peut être) : des convives qui soient capables d'identifier les plats, de cultiver leur goût, d'apprécier et de comprendre le travail réalisé.
La formation de qualité n'est pas ce produit miracle que tout le monde cherche (en vain) que ce soit dans le public ou le privé, c'est une co-production et tout comme un artiste ne peut donner tout son art que face à un vrai public qui comprend et communie, une vraie formation de qualité ne peut se définir en dehors d'une organisation sociale, professionnelle (et éducative) de qualité.

La formation forme système et les piètres résultats de nombreuses formations s'expliquent par le manque de curiosité et de volonté d'apprendre dans notre pays.

Offrir un restaurant gastronomique à un consommateur qui ne connaîtrait que les mac do n'emporterait sans doute pas l'adhésion de ce dernier et prétendre faire de la qualité (surtout pour des publics peu qualifiés) sans travailler sur la responsabilisation et le goût d'apprendre me semble vain.

Écrit par : cozin | 12/03/2017

Répondre à ce commentaire

Bonjour Jean-Pierre
Pour notre outil partagé, nous avons privilégié la simplicité... y compris pour son nom. Point de tiret ou de double majuscule : c'est "Datadock" tout simplement.
Bon week-end

Écrit par : Olivier Phelip | 12/03/2017

Répondre à ce commentaire

Merci Olivier,

Je vais rectifier. En fait, je préférais l'Entrepôt, cela me rappelait le cinéma de Frédéric Mitterand et les années 80. Et que la formation c'est aussi de la culture. Datadock, c'est juste un peu plus big data.

Bon soleil

jpw

Écrit par : jpw | 12/03/2017

Répondre à ce commentaire

Pourquoi ne pas l'avoir appelé "quai des brumes" ? Datadock ça fait faussement branché et mon compte formation faussement familier (pour un compte inutilisable pour le commun des travailleurs). L'Etat est incapable de s'occuper du numérique, il n'y a pas un exemple de SI fonctionnant d'une façon satisfaisante dès lors que l'Etat s'en est mêlé (le DPC, le RSI, le CPF, le dossier médical informatisé, le SIRH de l'EN, le logiciel Louvois...) partout des impasses, des errements et des systèmes soient inutilisables soit inefficaces et dispendieux.

Écrit par : cozin | 12/03/2017

Répondre à ce commentaire

Je pense que datadock tente de garantir non pas la qualité du produit lui-même, mais plutôt celle de la cuisine, du personnel et du service de restauration. Les plats pourront être insipides, mais les couverts seront propres, servis par des personnes un minimum qualifiées et on risquera moins l'empoisonnement alimentaire. De plus, les toilettes auront du papier Q.

Écrit par : andrew | 16/03/2017

Répondre à ce commentaire

Pour Andrew : Et si la cuisine est galloise ?

Écrit par : sylvain | 16/03/2017

Répondre à ce commentaire

Une chose est sûre Sylvain: ce ne sera pas une cuisine anglaise et on peut remercier nos ancêtres les gallo-romain pour cela.

Écrit par : andrew | 17/03/2017

Répondre à ce commentaire

Alléluiah !
déclaration validée dans le data dock, 21 indicateurs au vert !

Écrit par : PHU | 29/05/2017

Répondre à ce commentaire

Bravo Arièle, nous allons bientôt être 45 000 à nous féliciter d'avoir passé le test. Je dis pas ça pour gâcher ton plaisir, mais parce qu'on me pose quasiment tous les jours la question "Quelle est la valeur ajoutée du référencement qualité ?" et que je n'ai toujours pas de réponse. Au vu de ton enthousiasme je crois que je vais les renvoyer vers toi.

Bises

JP

Écrit par : jpw | 29/05/2017

Répondre à ce commentaire

Pas de soucis envoie les moi, je parle couramment le data dock maintenant !
Avec les CGA je passe mes journées à jouer les traducteurs !
Au moins ce data dock a une qualité parmi ses défauts : il crée du lien

Écrit par : PHU | 01/06/2017

je vais mettre mon grain de sel ! Et quand en plus les clients veulent du Ducasse au prix du Mc Do !!!!

Écrit par : sylvain | 30/05/2017

Répondre à ce commentaire

Ah datadock........je ne connais que ça. Mais je crois qu'on va se retrouver tous, comme Syphise, à recommencer en bas de la montagne à nouveau avec notre lourde pierre, lorsque la faucheuse Macron sera passée. Rien de nouveau, en effet.

Question : Si jamais au 30 juin on n'a pas soumis son dossier, est on exclu à vie des financements OPCA ou juste devra-t-on faire un séjour au purgatoire, avant de recommencer?

Écrit par : andrew | 01/06/2017

Répondre à ce commentaire

Andrew, comme les jours des OPCA sont comptés, ... la suspension devrait être commuée en TIG. Plus sérieusement, les infos en provenance de certains OPCA semblent indiquer qu'ils vont continuer à financer les OF connus pour bien bosser jusqu'au 31/12.
Mais, comme vous l'indiquez, dans un même temps (et là JPW pourrait nous éclairer), il nous faudrait sous peu être détenteurs d'une qualif CNEFOP et pas seulement le DataDock.

Écrit par : sylvain | 02/06/2017

Dans un premier temps, les OPCA devraient adopter la position suivante : les OF non enregistrés fin juin ne verront pas la décision de prise en charge refusée, mais ils devront entrer dans le datadock avant d'envoyer leur facture. Moyen pour les OPCA de gagner du temps...et surtout de privilégier l'instruction des dossiers des OF actifs plutôt que de tous les OF sans distinction. Bref, on continue le petit bricolage.
Pour l'avenir, j'avoue que j'ai du mal à traduire concrètement le programme de Macron. Et lorsque j'entends Marc Ferracci ou Anousheh Karvar je comprends surtout qu'il y a loin des intentions à leur concrétisation. Chronique sur le sujet à suivre en début de semaine.

Bon week-end à tous

jpw

Écrit par : jpw | 03/06/2017

Répondre à ce commentaire

Merci jpw!

En gros, si au 30 on n'a pas rempli datadock, il faudra le faire après le 30, mais on sera en queue de peloton pour les accords.

Et le mieux comme Sylvain le dit ce serait une certification CNEFOP, (que je recommande à tous mes clients, car il est presque certain que les entreprises vont petit à petit suivre l'état et exiger une certification dans leurs appels d'offres).

Écrit par : andrew | 05/06/2017

Répondre à ce commentaire

Je viens de recevoir ceci d'Actalians jpw - plutôt inquiétant, non?

Madame, Monsieur,
La période transitoire, définie par l’ensemble des financeurs, au cours de laquelle les organismes de formation sont invités à s’enregistrer sur le Data-Dock s'achève le 30 juin prochain.
Si votre organisme n’est pas référencé par Actalians le 1er juillet 2017, vous ne pourrez plus, à compter de cette date, bénéficier de notre financement.
Afin d’éviter cette situation qui serait préjudiciable pour votre structure, mais aussi pour nos entreprises adhérentes, nous souhaitons vous accompagner dans cette démarche.
C’est pourquoi nous vous proposons de participer à une réunion d’information afin de vous présenter le Data-dock et vous accompagner dans le processus de référencement.
Des réunions sont programmées à Paris les 22 et 23 juin prochain au siège national d’Actalians, 4 rue du Colonel Driant 75001 de 14 heures à 16 heures.
Pour vous inscrire nous vous invitions à cliquer sur le lien ci-après :
http://k6.re/b0_M6


Je reste à votre disposition
Cordialement
Anne-Marie Jasnot
Chargée de Mission

Tél : 01 53 00 86 54
annemarie.jasnot@actalians.fr

Écrit par : andrew | 07/06/2017

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire