Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

08/03/2017

Gloubi Boulga

L'examen des dernières certifications enregistrées à l'inventaire (en décembre 2016, plus rien depuis, les fêtes de Noël semblent difficile à digérer) laissent rêveur. Alors que le Président de la CNCP nous annonçait que l'inventaire s'inscrivait dans le cadre d'une logique de certification, voilà que l'on enregistre des certifications qui s'intitulent "Formation". On avait déjà la liste des formations éligibles au compte personnel de formation, qui est en fait une liste de certifications, voilà que l'on rajoute à la confusion en consacrant comme certification des formations. Les rares qui arrivent à s'y retrouver dans ce gloubi boulga auront un peu de mal à expliquer les subtilités du système à tous ceux qui tentent en vain d'y comprendre quelque chose. 

Gloubiboulga1.jpg

Répétons le une nouvelle fois, ce ne sera jamais trop. Ce n'est pas d'une règlementation sur la qualité des prestations de formation dont nous avons besoin. C'est d'urgence d'une réforme de la certification, de la CNCP et des pratiques de certification. Le véritable enjeu des années à venir ne se trouve pas dans le surcontrôle des stages à l'ancienne à travers une politique qualité qui n'est jamais qu'une autre forme de conformité règlementaire, mais dans l'établissement de pratiques de certifications efficientes qui actent la césure entre le parcours et la certification. Et toute l'énergie mobilisée en vain sur la qualité à la mode vieille sauce dans de vieilles marmites aurait été mieux employé à garantir la qualité des certifications, porteuses des vrais enjeux d'employabilité, de reconnaissance et d'usage des parcours. Au lieu de cela, on préfère la méthode du Gloubi Boulga : s'intéresser à la recette, jamais au résultat. 

Commentaires

C’est tout à fait vrai. Et combien sont les certificats qui passent de l’inventaire à la LNI depuis 8 mois ? Il me semble que le chiffre est proche de 0.
Cela n’empêche pas certains de continuer à faire des séminaires payant pour rendre son offre de formation éligible…. Décidément l’information n’a pas de prix.

Écrit par : Arnaud | 09/03/2017

Répondre à ce commentaire

Certes mais le CPF n'est pas l'horizon indépassable de la formpro: la seule inscription à l'inventaire permet la prise en charge de la formation par les OPCA au titre de la période de professionalisation.

Écrit par : Gerland | 10/03/2017

Autrefois, du temps où il existait en France un ministère de la formation professionnelle j'avais rencontré une conseillère de la ministre de la formation. Elle m'avait donné un conseil que chacun devrait entendre aujourd'hui : en France ne jamais se positionner commercialement sur un dispositif de formation et ne jamais non plus croire les partenaires sociaux !

Écrit par : cozin | 10/03/2017

Répondre à ce commentaire

Bonjour,

C'est la suppression des certifications qu'il faut faire. On a tous senti dès le départ qu'on s'engageait dans un "bordel" pas possible (j'utilise sciemment une expression un peu triviale mais dans certains cas, cela peut être une figure de style).

Nous nous sommes pas trompés...La technocratie dans toute sa bêtise...

Écrit par : bcallens | 10/03/2017

Répondre à ce commentaire

Bonjour,
J'hésite entre méconnaissance totale du sujet formation, incapacité à comprendre ce qui est attendu d'eux ou position de principe dogmatique et bornée.
Cette histoire de certification est très mal partie et cela ne va pas s'arranger.
Nous avons des collaborateurs qui se voient refuser des demandes CPF pour des formations éligibles dans d'autres branches mais pas dans la nôtre. Et comment faire s'ils souhaitent se reconvertir sur un métier d'une autre branche, n'existant pas dans la nôtre ?
Autre nouveauté, il semble que certains FONGECIF refusent désormais le financement de formations qui seraient non éligibles au CPF. Ah oui ? et c'est quoi alors maintenant la différence entre CPF et CIF si les 2 dispositifs financent exactement les mêmes formations ? Si un collaborateur souhaite changer de métier, se lancer à son compte et ouvrir un cabinet de massage, il ne peut plus suivre de formations financées par le FONGECIF ?
En fait, toutes ces mesures ne font que bloquer de vrais projets de réorientation professionnelle, gripper des dispositifs qui fonctionnaient très bien jusque là, démotiver les salariés les plus dynamiques, et tout cela pour quoi ?
Brestois

Écrit par : Brestois | 10/03/2017

Répondre à ce commentaire

Je me suis interrogé autrefois sur ce bordel organisé en toute connaissance de cause par les pouvoirs publics depuis la réforme de 2014.
Selon moi il y avait à la fois de l'inconscience (l'incompétent n'a même pas conscience qu'il n'est pas capable) mais aussi sans doute une volonté de démanteler la formation privée pour ramasser quelques miettes pour le secteur public.
En tout cas le bordel est là pour des années et quelque soit les changements désormais nous sommes partis pour des années d'errances et d'improvisation (surtout quand la Cour des Compte en remet une couche sur les supposés escroqueries en formation).
Seuls ceux qui sont sur des niches (formations obligatoires) s'en sortiront pour les autres c'est la disparition ou l'absorption par un groupe étranger qui aura les moyens d'attendre un redémarrage dans plusieurs années.

Écrit par : cozin | 10/03/2017

Répondre à ce commentaire

Tout ceci nous renvoie au post de JPW d'hier sur l'utilité des partenaires sociaux qui, pas plus les politiques, n'ont de véritable projet à long terme.
Cela fait bientôt 30 ans que je suis dans la formation, et le public de même que les formations plébiscitées sont toujours identiques et ce quels que soient les dispositifs : plan, dif, cpf, cpa....
J'ai échangé avec une délégué syndicale qui avait siégé aux négociations sur le CPF. Tout fièrote elle m'annonce la grande avancée sociale pour les salariés. Au bout de quelques minutes d'explications de l'homme de terrain, sa réflexion "je ne pensais pas que c'était aussi grave".
Question posée par votre serviteur : quel est votre métier (d'origi ne, bien sûr) ? Réponse : enseignante EN !!!! Fermez le ban et bon week end.

Écrit par : sylvain | 10/03/2017

Répondre à ce commentaire

En langues, nous avons une confusion entre tests sommatifs (qui photographient un niveau à un moment donné, commercialisés par des sociétés de certification - dont 3 au LNI) et tests formatifs (qui permettent un diagnostic de formation et la validation de la progression par rapport à un programme, proposés par des organismes de formation - dont 1 au LNI).
De plus, des tests linguistiques formatifs et sommatifs ont été refusés au LNI car "isolés" ou "non pérennes". Quelqu'un a une explication de ces termes? Google n'est d'aucune aide et je ne trouve pas la hotline du COPANEF.

Écrit par : andrew | 16/03/2017

Répondre à ce commentaire

Cher Andrew, attendons que les présidentielles (les pestilentielles) soient passées pour espérer qu'enfin des gens sérieux se penchent sur le malade formation (malade qui agonise depuis 2014)

Écrit par : cozin | 16/03/2017

Répondre à ce commentaire

Cher Andrew, attendons que les présidentielles (les pestilentielles) soient passées pour espérer qu'enfin des gens sérieux se penchent sur le malade formation (malade qui agonise depuis 2014)

Écrit par : cozin | 16/03/2017

Répondre à ce commentaire

Je n'attends rien des pestilentielles depuis belle lurette Didier. Les candidats se présentent gonflés à bloc, promettant monts et merveilles, mais une fois élus, c'est toujours la débandade.

Écrit par : andrew | 17/03/2017

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire