Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

11/11/2016

La loi travail, au-delà des slogans

Plus on travaille sur la loi, et plus on vérifie la formule de Gérard Lyon-Caen selon lequel le droit est une technique réversible. Car si l'on veut bien sortir des slogans et considérer les dispositions adoptées le 8 août dernier, on s'aperçoit qu'il est souvent délicat de dire a priori si la règle de droit s'avèrera à l'usage plus favorable aux employeurs ou aux salariés, si tant est que cette grille de lecture ne soit pas totalement périmée. En effet, dès lors que l'objectif est de développer la négociation collective, c'est le résultat de la négociation qui décidera véritablement de la portée du texte. Le pire serait d'ailleurs que négociation il n'y ait pas, ce qui constituerait le véritable échec de la loi Travail. Si l'on recense tous ceux qui peuvent avoir un intérêt objectif à cet échec, depuis les organisations syndicales opposées au texte jusqu'aux organisations patronales qui peuvent penser que dans ce cas on fera une place plus grande à la décision unilatérale de l'employeur, le pari n'est manifestement pas gagné. 

IMG_0646.jpg

Un moment de réflexion sur la loi Travail

Ce sont ces questions, et quelques autres, que l'on a abordé mercredi dernier avec plus de 200 délégués syndicaux de la CFTC, organisation qui a contribué à faire que la loi finale ne ressemble en rien au projet présenté au mois de février dernier. Pour avoir une idée des débats, vous pouvez vous reporter à l'excellent compte rendu réalisé par le journaliste d'actuel CE, avec en prime l'interview de votre serviteur. Pour visualiser le tout, c'est ICI.

Commentaires

LA loi travail n'aura sans doute pas d'impact sur le travail, l'emploi ou l'activité économique. Même si elle a pu prendre à rebrousse poil certains syndicats ou partis politiques elle reste une construction technique, technocratique, complexe et bien loin de ce dont a besoin le travail aujourd'hui pour s'épanouir.
Le type même des négociations menées autour de cette loi, de l'incroyable barouf de certains (alors que l'emploi salarié s'effondre en France) démontre bien que le pays n'est pas prêt pour entendre certaines vérités :
- les 30 glorieuses et le plein emploi ne reviendront pas en Occident avant très longtemps (si jamais cela se reproduit un jour)
- le travail sera de moins en moins salarié, durable et stable
- le travail est de plus en plus un pari, une construction intellectuelle et sociale qui doit être vécu par des personnes totalement investies (le droit à la déconnexion est une absurdité par exemple)
- la descente de l'ascenseur social (un ascenseur fonctionne toujours dans les 2 sens) n'est pas terminée pour ceux qui n'apprendront pas vite, pour ceux qui ne seront pas adaptables, capables de changer et de construire jour après jour leur vie professionnelle.

Quand nous disposerons en France d'un petit manuel du travail en 10 pages avec juste les droits et devoirs essentiels de chacun, l'avenir économique de notre pays sera peut-être plus assuré.

Écrit par : cozin | 12/11/2016

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire